3 jardins qui ont marqué le cinéma

3-films-cinema-jardin-the-hours-nicole-kidman-les-jardins-du-roi-kate-winslet-the-shining-horreur-films

Lyrique, inquiétant, esthétique, propice à la rêverie… de tous temps, le jardin a inspiré les réalisateurs de cinéma. Du potager à la roseraie en passant par l’Eden ou le labyrinthe, le jardin est un cadre idéal pour les plus grandes aventures cinématographiques et les intrigues les plus palpitantes. Voici 3 jardins qui ont marqué le cinéma.

Shining de Stanley Kubrick, 1980

Sorti en 1980, le film Shining (The Shining) est un classique du cinéma d’horreur. Il cumule la maison isolée et les perceptions extrasensorielles : un cocktail inestimable pour avoir la chair de poule de votre vie. Après de sublimes vues panoramiques du Glacier National Park dans le Montana, on est vite amené sur le vrai lieu de l’intrigue : un palace isolé dans les Rocheuses du Colorado coupé du monde (évidemment) ainsi que le labyrinthe végétal attenant.

Peu à peu, les jumelles Grady font leur(s) apparition(s). Dans le film, le labyrinthe végétal tient une place centrale, non pas pour la qualité de l’entretien du gazon mais pour son potentiel anxiogène accentué par la mobilité de la caméra. Wendy et Danny semblent être survolés par une présence dans ce labyrinthe qui symbolise le dédale spatio-temporel représentatif de l’intrigue du roman Shining, l’enfant lumière de Stephen King.

 

The Hours de Stephen Daldry, 2002

Fort d’un casting éblouissant (Nicole Kidman, Julianne Moore et Meryl Streep), le film The Hours est adapté du roman homonyme de Michael Cunnngham. Au début des années 20, l’écrivaine Virginia Woolf (Nicole Kidman) lutte contre la folie et débute « Mrs Dalloway ». Plusieurs scènes clé du film ont lieu dans le jardin de la maison de Virginia Woolf, un potager et espace de verdure de type anglais avec une profusion de roses et d’arches végétales plus pittoresques les unes que les autres.

En parallèle, plusieurs époques se télescopent :

– celle de Laura Brown (Julianne Moore), mère au foyer des années 50, en proie à un mal-être profond et plongée dans la lecture du roman Mrs Dalloway qui la pousse à remettre en question la légitimité de sa propre vie ;
– celle de Clarissa Vaughan (Meryl Streep), éditrice du XXIème siècle à New-York. En couple avec Sally, elle s’occupe de son ancien amant et meilleur ami Richard Brown atteint du sida. Il s’agit du petit Richie, fils de Laura Brown. Richard appelle Clarissa « Mrs Dalloway » car elle représente effectivement la version moderne de Clarissa Dalloway, l’héroïne créée par Virginia Woolf.

The Hours est un questionnement riche sur le bonheur et l’enlisement dans l’existence futile.

 

Les Jardins du Roi de Alan Rickman, 2014

Le film britannique Les Jardins du roi (A Litte Chaos) nous fait découvrir Sabine de Barra, une femme paysagiste sous le règne de Louis XIV. Assignée par André Le Nôtre à la création d’une salle de bal extérieure, elle s’attelle à une tâche qui nous plonge dans les intrigues de la Cour au rythme de plans plus sublimes les unes que les autres sur les jardins du Château de Versailles.